TEATIME AU MEURICE

TEATIME AU MEURICE

Rue de Rivoli, le 16 novembre 2019, après des mois d’attente pour avoir une place, nous attendions impatiemment ce moment…Pour commencer, on nous installe au Dali, grande salle au joli plafond, classe mais manquant d’un petit quelque chose, comme une belle rotonde fleurie au centre (oui on commence à être exigeant). Nous sommes installés sur une table pas très grande, et surtout suffisamment rapprochée de celle des voisins qu’on profite de leur conversation sans le vouloir. 
Nous sommes immédiatement servis d’une eau infusée citron-menthe, très fraîche. 
Au moment de passer commande, je suis un peu déçue de voir que le contenu du teatime n’est pas détaillé au niveau des pâtisseries et qu’on ne nous propose pas les pâtisseries individuelles de Cédric Grolet : c’est teatime avec ou sans Champagne, le choix de la boisson chaude bien sûr, mais pas de possibilité de choisir un de ces merveilleux fruits qui font la réputation du lieu… Nous optons donc pour deux formules classiques, avec deux thés blancs :
le Thé de la Longévité Suprême
le Thé blanc  Alain Ducasse, rose-framboise
En même temps, on nous apporte deux confitures (framboise et abricot) et la clotted cream.

En attendant l’arrivée de notre goûter, nous regardons le spectacle de la salle, et là, force est de constater qu’on n’a pas l’impression d’être dans un palace.
Une jeune femme passe devant nous en portant un serviteur muet dans chaque main, mais en les portant à bout de bras, un peu comme quand on ramène des sacs du supermarché, en les balançant… Et ce qui devait arriver arriva : une pomme par terre.
J’ai trouvé qu’on était à des kilomètres du spectacle qui nous était donné au Crillon par exemple, où les produits étaient portés avec  soin, conférant une impression d’élégance au moindre geste.
Bref, notre plateau arrive sans problème (et complet) !
L’étroitesse de la table nous oblige à disposer nos tasses et assiettes un peu comme nous pouvons. Comme en plus notre serviteur muet était un peu bancal, chaque fois que l’un de nous se servait, l’autre tenait le serviteur, de crainte d’un accident…
Nous commençons donc par les sandwiches salés : à la mortadelle, au saumon fumé, à l’œuf et au concombre. Pas exceptionnels mais pas mauvais (sauf celui à l’œuf que j’ai trouvé un peu indigeste)
Nous décidons de garder les scones, crème et confiture pour la fin, au cas où nous aurions encore de la place après les pâtisseries (surtout qu’on a vu qu’il était possible de se les faire emballer pour les ramener à la maison).
J’entame donc la pomme, et, fait du hasard, c’est le dessert que j’ai eu la veille au soir au restaurant, plus précisément “Les 3 Lieux” à côté d’Angers. Idéal pour comparer.
Force est de constater que déjà visuellement, le restaurant ligérien l’emporte ; ici la pomme s’écroule quand on la coupe en deux (la faute à la fine pellicule de  sucre ?) et on remercie l’oiseau de l’assiette d’apporter une jolie touche colorée.  Côté goût, ben heu, c’est bon, mais pas meilleur que la pomme d’hier…
Nous attaquons ensuite une jolie tartelette, sur un crumble aux notes de noisettes torréfiées et surmontée d’une crème copieusement vanillée. C’est gourmand, et nous nous félicitons d’avoir pris un thé comme boisson pour alléger le tout.
Dernière pâtisserie, le cookie aux poires et caramel au beurre salé. Extra, la poire est bien présente, le gâteau n’est pas trop lourd, il reste juste ce qu’il faut comme place pour les scones.
Les scones sont encore tièdes grâce à la serviette, il y en a un nature, et un enrichi d’un crumble et fourré à la confiture.
Nous croyons en avoir fini, mais bonne surprise, une pâtissière passe entre les tables, et propose une part de brioche au sucre encore tiède. Cette brioche est absolument A TOMBER ! Elle a  dépassé en goût tout ce que nous avions mangé avant.
On profite de ce moment d’exception, pour photographier, se promener… Honnêtement, c’est un bel établissement, mais ce n’est pas celui que nous avons préféré. Nous l’avons trouvé un peu austère, manquant de fleurs, d’esprit cosy, et il n’y a pas de luminosité naturelle…Bref, un total de 65 € par personne qui nous a semblé un peu exagéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*