TEATIME AU CRILLON

TEATIME AU CRILLON

Dans le jardin d’hiver, samedi 6 octobre 2018…

Les photos vues sur différents blogs et sites nous ont convaincus de choisir le Crillon pour ce teatime 2018…
Pas de réservation possible nous indique-t-on au téléphone, mais “le jardin d’hiver est ouvert à partir de 14 h 30, et s’il y a du monde, on vous fera patienter, mais puisque la Fashion Week sera finie, il ne devrait pas y avoir beaucoup d’attente“.
A 14 h 15, nous voilà prêts, notre petit-déjeuner pris à Angers et déjà loin…
Bonne surprise : nous ne sommes pas éconduits (comme au Ritz il y a deux ans) et on nous fait courtoisement patienter dans un salon “le temps de préparer votre table“.
Je commence à mitrailler les lieux :
Bonne surprise quand un gâteau basque est offert à la fin du teatime…Puis on vient nous chercher pour nous installer

Nous passons commande, ça sera un Thé des Ducs pour Monsieur et un Thé des Lords pour moi. Si le Thé des Ducs reprend le format traditionnel des teatimes des palaces, le Thé des Lords se décline en trois pâtisseries et une boisson chaude.
Nos boissons arrivent rapidement (un thé blanc et un chocolat chaud) ainsi que le petit plateau avec la clotted cream et les confitures pour les scones à venir. Les boissons nous sont servies dans les tasses (on verra que ce détail a son importance plus tard)

Une bonne dizaine de minutes plus tard, arrive la première pâtisserie de Monsieur : La Fleur de Jasmin
Au même moment, mon teatime arrive, sur son serviteur à trois étages : sandwiches salés tout en bas, pâtisseries au milieu et scones vegan et tièdes en haut. Un sandwich au concombre, un roulé tiède au poulet, un mini burger aux saveurs du Sud et un toast au saumon et crème à l’aneth. Cette première étape salée, je l’ai trouvée… Parfaite ! (et impossible à reproduire avec autant de succès à la maison)
Les scones étant tièdes, je réserve l’étage du milieu pour la fin, et je me fais bien bien plaisir avec la clotted cream (je n’entame pas les confitures, que j’ai prévu de rapporter discrètement à la maison)Pierre est servi de sa deuxième pâtisserie :  Le Chou d’Amour, et je m’aperçois que cette pâtisserie est aussi présente sur mon plateau de gourmandises
Pour Lui :
Pour Elle :Et on va dire que c’est à ce moment que le service peut être amélioré. Une fois les tasses vides, on ne vous ressert pas. Pour le thé ce n’est pas un problème, mais le chocolat, très épais, a copieusement dégouliné le long de la chocolatière, à la grande gêne de Monsieur qui a essayé de réparer les dégâts en ramassant avec sa petite cuillère les épaisses coulures… On aurait bien aimé qu’une des charmantes hôtesses vienne à notre aide, en nettoyant la chocolatière par exemple ou en venant servir Pierre, qui, du coup, n’a plus voulu se resservir de crainte de faire à nouveau des cochonneries…
Suite et fin pour Monsieur : L’éclat 
Un coup d’œil au plafond fait comprendre le coup de génie du chef !
On revient à L’Eclat, la serveuse apporte un pot de chocolat tiède, et nous laisse le temps de prendre des photos, jusqu’à ce que je commence à napper la pâtisserie de chocolat.
Pendant que je picore mon étage de pâtisseries (mais que je partage avec Monsieur, présence de fruits à coque oblige)
Au moment de partir, on nous remet une boite de chocolats et un gâteau basque, offerts apparemment pour chaque type de teatime… de quoi prolonger le plaisir à la maison
Comme à chaque teatime, une visite aux toilettes s’impose :
En conclusion, ce teatime a été visuellement un des plus réussis qu’on ait fait jusqu’à présent. Le service était aussi très agréable, (hormis la galère du chocolat chaud), les belles jeunes filles souriantes, vêtues de tulle comme des ballerines, ressemblance accentuée par leur chignon…Petit bémol, les  pâtisseries ne tenaient pas toutes leurs promesses au niveau du goût, et sur le Thé des Lords, beaucoup de gâteaux contenaient des fruits à coque… Bref, deux teatimes pour 120€ 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*